nav-left cat-right
cat-right

Le dernier gong du dugong

Le dernier gong du dugong

DUGONG EXHIBITION / EXPOSITION DUGONG
BLUE PENNY MUSEUM, MAURITIUS

Le dernier gong du dugong

22 novembre 2011 à fin janvier 2012

Exposition et catalogue sponsorisés par la Mauritius Commercial Bank

Tout le monde connaît le dodo. En devenant l’animal emblématique de notre pays, c’est une incroyable iconographie qui s’est mise en place au fil des ans et qui, par sa notoriété, a eu quelque peu tendance à éclipser d’autres animaux, contemporains de notre fameux colombiforme, mais qui, tout compte fait, sont passés à la trappe de l’histoire en étant allègrement occultés. Peu connaissent ainsi nos tortues géantes Cylindrapis ou notre lézard non moins géant (Didosaurus mauritianus), c’est dommage…
Pour remédier à cet oubli collectif et recentrer le curseur sur d’autres vedettes ayant moins su tirer la couverture à elles, le Blue Penny Museum a voulu créer la surprise pour tenter un évènement culturel d’envergure : renouveler toute l’iconographie de nos animaux endémiques disparus. Gageure qui aboutit nécessairement à la création d’un nouveau héros (personne n’est parfait…), le Dugong. Après tout, ce mammifère marin n’était-il pas l’exact contemporain du dodo et n’a-t-il pas lui-aussi disparu de nos lagons du fait de l’arrivée des êtres humains sur notre île ?

Considéré aujourd’hui comme le mammifère marin le plus menacé, le dugong est à l’origine du mythe des sirènes. Le taux de reproduction bas de l’espèce (un seul bébé tous les quatre ans), sa sensibilité à la pollution et la destruction progressive de son habitat par l’urbanisation des côtes menacent gravement les populations mondiales qui sont aujourd’hui en chute rapide. Il en resterait moins de 40 000 individus vivant dans les eaux tropicales peu profondes et sauvages de l’Océan indien du Golfe Persique et surtout, de l’Australie.

Même s’ils sont rarement aperçus, les dugongs sont encore présents dans les eaux de Sainte Marie à Madagascar : ils sont de couleur claire, mesurent de 2 à 4 mètres et peuvent atteindre 900 kg. Le mâle possède deux petites incisives en forme de défenses. Les dugongs ont le comportement généralement paisible des herbivores : ils peuvent même être très affectueux et volontiers joueurs avec l’homme, de nombreux témoignages de plongeurs l’attestent.

Dernier représentant de l’ordre des siréniens avec le Lamentin, le Dugong est un animal que nous devrions protéger en encourageant la mise en place et le financement durable de réserves marines naturelles littorales. Mais est-ce possible ? L’exposition ne fera que proposer un rêve, la période s’y prête…

Ria Winters, artiste de l’Association Artists for the Environment, a effectué un travail pictural durant plus de quatre années et nous le présentera à cette occasion. Une chance unique de venir découvrir le perroquet à large bec, le perroquet mascarin, la chouette de Commerson, notre roussette actuelle ou sa cousine disparue, enfin, last but not least, notre fameux dugong.
Quoi de plus approprié pour les fêtes de fin d’année et le désir commun de mettre l’enfance en exergue de nos préoccupations, que de s’intéresser à ce grand mammifère de l’ordre si mystérieux des siréniens, de retrouver sa trace dans notre passé mauricien et de nous pencher sur sa beauté naturelle.

Grâce à la Mauritian Wildlife Foundation, des sculptures en bronze conçues et réalisées par l’artiste Nick Biby ajouteront une touche tri dimensionnelle permettant de se faire une idée exacte de l’Ile Maurice pré humaine.
Cette organisation non gouvernementale à qui l’on doit la préservation et la sauvegarde de nombreuses espèces locales particulièrement menacées ( pigeon des Mares ou grosse cateau verte entre autres), a accepté de prêter au Musée plusieurs de ces magnifiques sculptures, offrant ainsi au visiteur une vision tri dimensionnelle incroyablement riche en détails. La poule rouge et le perroquet à large bec, la chouette de Commerson et tant d’autres… comme si vous y étiez.

L’exposition à venir fera la part belle à ce manate, cousin des lamentins, le Dugong, en présentant, pour la toute première fois à Maurice, deux spécimens naturalisés. Grâce au Dr Vély, chirurgien et le taxidermiste H. Mansoor, permettra au visiteur de pouvoir enfin contempler ce mammifère disparu après tant d’années. Le retour d’un contemporain du dodo, de plus de 3 mètres de long, après plus de trois siècles d’absence, ce n’est pas rien, c’est déjà en soi une extraordinaire aventure…

Par ailleurs, un magnifique album sera lancé qui, après le Baron Rothschild en 1904 ou Hachisuka en 1950, nous offrira une nouvelle iconographie naturelle des animaux endémiques de Maurice. Une grande première attendue depuis plus de soixante ans.
Conformément à la tradition du Musée, l’exposition temporaire sera gratuite. Avec le catalogue, elle est entièrement sponsorisée par la Mauritius Commercial Bank. Elle se trouve toucher un public très large et offre un regard inédit sur notre passé insulaire. Livres anciens, gravures et DVD sur les dugongs à l’état naturel seront au rendez-vous.

Le lamentin [dugong] dessiné par Leguat

Tout sur le dugong
En cette période de fin d’année, le Blue Penny Museum propose une exposition entièrement sponsorisée par la Mauritius Commercial Bank qui fait découvrir aux petits et grands une iconographie de plusieurs espèces animales endémiques majoritairement disparues de Maurice. Celle-ci fera la part belle au dugong, un cousin du lamentin, en présentant pour la première fois à Maurice, deux spécimens naturalisés. Les visiteurs ont également l’occasion de découvrir lors de cette exposition temporaire le travail pictural de Ria Winters, artiste de l’Association Artists for the Environment. De nombreuses œuvres sculptées en bronze, par Nick Biby, seront exceptionnellement prêtées par la Mauritian Wildlife Foundation.

Considéré aujourd’hui comme le mammifère marin le plus menacé, le dugong a disparu de nos lagons du fait de l’arrivée des êtres humains sur notre île. Il en resterait aujourd’hui moins de 40 000 individus vivant dans les eaux tropicales peu profondes et sauvages de l’océan Indien, du Golfe Persique et de l’Australie. Même s’ils sont rarement aperçus, les dugongs sont encore présents dans les eaux de Sainte-Marie à Madagascar: ils sont de couleur claire, mesurent de 2 à 4 mètres et peuvent atteindre 900 kg.

Dernier représentant de l’ordre des siréniens avec le lamentin, le dugong est un animal que nous devrions protéger en encourageant la mise en place et le financement durable de réserves marines naturelles littorales.

Cette exposition, entièrement sponsorisée par la Mauritius Commercial Bank, unique en son genre et gratuite se tient du 21 novembre 2011 au 31 janvier 2012.

——————————————————————————————————————————————–

Texte: Emmanuel Richon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>