nav-left cat-right
cat-right

MORE TOURIST DEATHS – MORE UNPUNISHED NEGLIGENCE?

MORE TOURIST DEATHS – MORE UNPUNISHED NEGLIGENCE?

Ewa & Nicolas Baudron
MORE TOURIST DEATHS – MORE UNPUNISHED NEGLIGENCE?

 God knows, the case blotted the Mauritius copybook badly insofar as tourist safety is concerned. A tourist murdered in her own hotel room – and despite the fact that this is a well policed environment with CCTV and monitoring of personnel – no one convicted and no justice for the victim. Now two more tourists have been killed – this time by a marauding speedboat driver.

SUMMARISE CASE DETAILS FROM THIS REPORT:

À BELLE-MARE : Un couple français tué par un bateau de plaisance

 Nicolas Baudron, 43 ans, grièvement blessé à l’abdomen, et son épouse Ewa Baudron, 40 ans, touchée à la tête, s’adonnaient à du snorkelling (plongée avec tuba) en mer lorsqu’un bateau de plaisance leur est passé dessus

 Article paru dans Le Mauricien | 24 February, 2015 – 15:00

  Le bateau soupçonné par la police d’être impliqué dans cet accident hors de l’ordinaire au large de Belle-Mare avec en médaillon le skipper Rezena Curtis

  • Le skipper Curtis Rezeda, placé en état d’arrestation, nie être responsable du drame

 Un double drame, d’une atrocité incroyable, s’est déroulé dans la baie de Belle-Mare hier en début d’après-midi. Un couple de touristes français, en vacances avec leur fille de 16 ans au Crystal Beach Hotel, ont en effet été tués sur le coup lorsqu’un bateau de plaisance leur est passé dessus alors qu’ils s’adonnaient à du snorkelling (plongée avec tuba) en mer. Plus grave encore : le skipper du bateau incriminé ne s’est pas arrêté au moment du drame, préférant poursuivre sa route et abandonnant les deux victimes près des brisants, soit à un peu moins de 500 mètres de la plage. Un skipper, Louis Curtis Rezeda, âgé de 48 ans, habitant Belle-Mare, a été appréhendé dans la soirée d’hier et se retrouve sous le coup d’une inculpation provisoire d’homicides. Il devait être présenté devant le tribunal de Flacq en cours d’après-midi. Contrôlé « negatively alcootested », Curtis Rezena nie être responsable du drame, ajoutant qu’un autre bateau de plaisance l’avait précédé dans la même zone en mer.

 Du côté de l’hôtel Crystal Beach, où était descendue cette famille française pour passer leurs vacances, c’est l’incompréhension totale devant ce qui s’est passé en mer au large de Belle-Mare vers 14h50. La fille du couple, âgée de 16 ans, avait, elle, préféré rester à l’hôtel au lieu d’accompagner ses parents. La direction de l’hôtel, approchée par Le Mauricien au sujet de ce drame hors du commun, a exprimé « le souhait de ne pas réagir en vue de ne pas en rajouter à la souffrance des proches, dont l’adolescente », qui est à Maurice. « Unfortunately we cannot comment this tragic accident as a current and official  investigation is in process. Moreover we cannot disclose any information (always private & confidential) about our guests », déclare la direction de l’hôtel.

 Tout semble indiquer que Dominique Antoine Nicolas Baudron, âgé de 43 ans, et son épouse, Mikulska Ep Ewa Baudron, 40 ans, ont été tués sur le coup quand le bateau de plaisance, qui voguait à grande vitesse dans la baie, leur est passé dessus alors qu’ils se trouvaient sous l’eau. L’autopsie pratiquée par le Principal Police Medical Officer, le Dr Maxwell Monvoisin, a attribué les décès à des « shocks due to multiple injuries ».

Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources confirmées et des témoignages sur place indiquent que la femme portait une profonde entaille à la tête et que son époux, lui, aurait eu l’abdomen partiellement sectionné par l’hélice du bateau, et ce alors qu’ils faisaient de la plongée en apnée. Le skipper ne s’est en outre pas arrêté après le drame alors que l’alerte avait été donnée par un autre de ses collègues passant dans la zone, qui avait remarqué les dépouilles des victimes flottant dans les parages des récifs.

 Aussitôt la nouvelle confirmée, le responsable d’une boathouse d’un établissement hôtelier de la côte est devait organiser les opérations en mer, le temps que les éléments de la National Coast Guard fassent le déplacement sur les lieux. Il devait par ailleurs se montrer très amers quant au mode d’opération de la NCG ou encore des équipements déployés. Une fois  sur les lieux, il devait constater que le couple français avait déjà succombé à leurs graves blessures.

 À partir de là, l’enquête de police s’est orientée en vue d’identifier le bateau de plaisance fautif ainsi que son pilote, coupable de délit de fuite et d’homicides en mer. Hier soir, la police avait déjà procédé à l’arrestation d’un habitant de Belle-Mare, un certain Curtis Rezeda, identifié comme étant un suspect probable. Un bateau, immatriculé PC 70650Lb 10, avec deux puissants moteurs Cobra, a été immobilisé en mer dans le cadre de cette enquête. Le skipper, placé en détention au poste de police de Bel-Air, nie les accusations portées contre lui.

 Dans une première déposition consignée dans la nuit d’hier à aujourd’hui, l’habitant de Belle-Mare affirme n’être pas impliqué dans l’accident. S’il concède avoir traversé le périmètre, il soutient qu’un autre Speed Boat l’avait précédé peu auparavant. Par ailleurs, il se chuchote que des clients qui voyageaient à bord du bateau incriminé auraient senti les secousses lors de l’impact.

 Un examen technique des hélices du bateau saisi devra apporter des preuves pour accréditer ou non cette accusation. Des experts du Forensic Science Laboratory devront ainsi entreprendre ces contrôles scientifiques une fois le bateau de plaisance aura été remorqué à terre, soit d’ici cet après-midi. De leur côté, des habitants du village de Belle-Mare devaient organiser une manifestation en début d’après-midi pour clamer l’innocence de Curtis Rezeda, qui a été reconduit en cellule pour les besoins de l’enquête suite à son inculpation de double homicide.

 L’enquête devra déterminer si le bateau incriminé est bien celui qui a été impliqué dans l’accident et, ensuite, si les touristes se trouvaient dans la zone de baignade autorisée. Il est également question de la présence nécessaire d’un drapeau du skipper pour signaler que des clients s’adonnaient à la plongée.

 L’enquête se poursuit alors que des représentants de la Tourism Authority suivent de près les développements.

 The person being questioned is an Afro-Creole. Is he the owner of the speedboat or just an employee? If the latter, AND if sufficient reliable witness testimony and forensic evidence indicates that he was indeed culpable, will those who placed him in charge of this powerful and evidently lethal piece of equipment also be charged? Will questions be asked about the enforcement of regulations governing the use of speedboats and similar around swimmers and divers? We hope so, and we hope our journalist confreres in Mauritius will keep asking the right questions until safety measures are not only in place but rigorously enforced.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>